Littérature de cordel

Grâce à la news letter de la maison de la Poésie de Nantes, j’apprends des choses sur le Brésil!

C’est en ce moment le festival MIDIMINUITPOESIE#15 et les éditions Contrat Maint mettent à l’honneur le travail d’un Poète-traducteur et d’une plasticienne. Ecrits sur la corde…

IMG_3048Et je repense aux évènements « l’art prend l’air » où furent suspendus des oeuvres sur des fils à linge, ou tout simplement à mon livre de poches…

 

Il s’agit ici de la littérature de Cordel, qui désigne, au Brésil, à la fois un style de poésie et un mode d’auto-édition de poésies populaires sous forme de fascicules appelés folhetos. Je vous laisse prendre connaissance de l’article de Wikipédia.

 

Art poétique qui rappelle les troubadours, les poètes de rue, nos chanteurs de rue d’une France que je n’ai pas connue mais dont j’ai pu avoir en main quelques feuillets, qui rappelle les slameurs qui ont  remis à l’honneur et à l’ordre du jour l’Oral Poétique!

Et puis, en ce temps des progrès technologiques qui me mettent en position de réfléchir à des questions de l’édition numérique, de l’autoédition, de la chaîne de l’édition…je me dis qu’il y a quelque-chose du téléscopage qui me plait!

Cordel, sur le Fil…

Ce sont des poésies rimées, dont certaines illustrées de xylogravures. Le grand redondilha ou seja, comprend des strophes régulières. Les plus courantes appelées sextilhas, comprennent 6 vers de 7 syllabes poétiques . La suite de rimes la plus usuelle est ABCBDB.

Les Cordelistas récitent leurs vers de façon mélodiée et cadencée, accompagnés de guitare, ou font des déclamations animées pour conquérir les acheteurs potentiels.

J’en ai rencontré un sous le Musée d’Art Moderne avenida Paulista: le MAM. Il avait ses feuillets en main et sa pauvreté aux pieds. Il disait ses poèmes comme une souris parle à la lune: les passants au téléphone ou les voitures luxuriantes n’ont pas d’oreilles pour cela. A l’époque, je ne comprenais rien de cette langue…Il faut donc que je le retrouve…

En attendant, vous en lirez bien quelques uns? Sur un site brésilien fort bien illustré ( pour ceux qui ne lisent pas le portugais)

CORDEL DESENCANTADO

Antonio Barreto – (Santa Bárbara/BA), residente em Salvador

Todos nós aqui sabemos
Que a cultura anda pra trás…
O governo é incapaz
De ofertar o que merecemos
E assim nós padecemos
Nessa onda da exclusão.
Na literatura, então,
Só tem vez o elitizado.
Todo artista é respeitado
Porém o poeta não.

lire la suite…

 

 

 

 

 

 

1 réflexion sur « Littérature de cordel »

  1. il avait ses feuillets en main et sa pauvreté aux pieds!….ce
    dépouillement !…indispensable à toute création…..et cette humilité
    de petite souris parlant à la lune…..!
    C’est peut être cette attitude qui nous manque en Europe?….. les « cordels tissus »
    de qui sont ils?

Laisser un commentaire